Aurélia Delescluse | auteur, écrivain, Accompagnatrice Holistique

« La Chasteté… »

La chasteté dans la croyance populaire est souvent à tort assimilée trop facilement à l’abstinence sexuelle mais en vérité elle est encore bien différente de la « continence », ainsi l’on peut s’abstenir sans être « chaste » dans sa pratique et être « chaste » sans s’abstenir pour autant; tout comme l’on peut être chaste et abstinent à la fois.

La chasteté nous parle ici de liberté, elle vient remettre du mouvement, une dynamique de choix, de conscience et d’ouverture et placer la notion fondamentale d’altérité au cœur de la relation qui en devient ici le socle principal, le centre puis le pont et le passage vers un univers plus vaste en l’ouvrant sur une dimension de l’être beaucoup plus fine et plus grande.

La pratique de la chasteté est la mise en exercice subtile de l’amour inconditionnel dans la matière, elle pose pour base de construction l’amitié comme ciment relationnel et annonce sur un courant de tendresse :  » Je m’engage à servir et protéger de toutes mes forces notre différence et notre zone de création pure »…

Aurélia Delescluse | auteur, écrivain, Accompagnatrice Holistique

« J’aime les hypersensibles… »

J’aime les hypersensibles, les androgynes aux charmes ambigus, les rêveurs extra mais lucides, les peintres musiciens, les inspirés, les patients qui sont rapides et ceux qui écrivent sans avoir jamais terminé un roman, les timides aventureux, les prudents insoumis, les mielleux pas collants, les casaniers imaginatifs, les esthètes fins mais subtils, les gourmands qui cuisinent, les marcheurs et les sportifs du jeudi après-midi, les penseurs autonomes et métaphysiques, les intellectuels mystiques, les irrationnels raisonnables, les amoureux des animaux de la nature et des plantes, les lecteurs qui lisent peu et sans les sauter ni les travestir, entre les lignes et en diagonale, puis les fluides qui savent remplir les espaces vides de bon sens et rebondir contre les phrases; les génies qui s’ignorent eux mêmes, les simplement complexes et la douce folie, la modestie sans ingratitude, l’enfance toujours visible qui s’éclaire par la fenêtre et entre deux sourires, les alchimistes danseurs, les équilibristes, les résilients qui sont restés gentils…

Aurélia Delescluse | auteur, écrivain, Accompagnatrice Holistique

« J’ai rêvé de me déposer … »

J’ai rêvé de me déposer un jour comme sur un nuage de paix.
Sans traduction, sans description, sans décalage, sans script et sans prose.
Avec juste un courant d’osmose qui palpite.
Puis transmet l’écho du sentiment.

Ô mon ami ne change pas mes larmes en miel pour ton salut.
Ne change pas le courant de mes veines qui rougissent pour en retenir le flux.
Ne modifie rien.
Pas une couleur.
Pas un éclat de rire.
Pas un drame.
Ni une seule déchirure.
un bleu ou même une infime cicatrice…

Et gardes en la broderie intacte pour qu’elle nous délivre.

Embrasse moi là – juste ici – où luisent toutes mes blessures.
Et rayonne moi – là sous le vent – juste où je semble encore te fuir.

Vient te lover près du déséquilibre en mouvement circulaire…
En chaque temps…

Aurélia Delescluse | auteur, écrivain, Accompagnatrice Holistique

« Il n’y a pas beaucoup d’êtres… »

Il n’y a pas beaucoup d’êtres qui sont réellement prêts à donner et à ouvrir leur cœur, beaucoup ouvrent leur fantasme intellectuel et personnel de l’amour mais ceux qui sont capables de partager la simplicité et la profondeur – sans disqualifier une au profit de l’autre – ceux qui sont capables de valser aussi bien avec la joie et d’être délicats et en présence avec l’émotion – sans rejet de leurs larmes et de la peine – sont des perles de la mer, des trésors cachés et souvent plus discrets que ceux qui hurlent à tout va leurs bienfaits qui s’annulent rapidement…
Il n’y a pas au final beaucoup de créatures capables d’une réelle tendresse et qui aiment donner pour donner, provoquer des sourires, offrir sécurité et soutient…

Aurélia Delescluse | auteur, écrivain, Accompagnatrice Holistique

« Parfois certaines injonctions… »

Parfois certaines injonctions « positives » qui nous exhortent au combat plutôt qu’à l’accueil, viennent comme disqualifier et invalider ce qui vit en nous et témoigne de plus précieux sur nos ressentis intérieurs, au profit d’une « productivité toxique » qui étouffe et rejette nos parts de vulnérabilités et toute l’ambivalence des nuances humaines qui nous traversent en l’instant.

Nous offrant souvent en bout de piste avec une certaine violence envers nous même et dans le rejet, un rendez vous avec nos masques et plus tard sur le chemin, avec tout ce que nous n’aurions pas voulu embrasser et aimer de suite, dans la fausse lumière de l’ombre projetée sur l’extérieur…

Aurélia Delescluse | auteur, écrivain, Accompagnatrice Holistique

« Sens, ressens… »

Sens, ressens,
Ne te détournes pas de ce qui se trouve là;
De ce qui brûle et gronde dans ta poitrine,
Sens le jusqu’à t’en étourdir,
C’est pour toi. Respire le.
Fais vœux de rien et de tout à la foi.
Lâche, Allège toi devant l’impuissance de tes bras à détenir l’immense.
Sens rougir chaque veine,
Briller chaque fêlure,
Chaque cicatrice luire,
Regarde, ce sont tes étoiles qui se parlent entres elles!
Ta constellation sacrée.
Sous la puissance de la grâce,
Et de ce qui ne dépend pas de toi,
Sens ce qui te presse et te donne cette allure chancelante, parfois un peu de travers.
C’est la musique cosmique qui te pousse pour jouer de ta lyre de ses vents contraires.
Sens ce creux dans ton ventre s’offrir et rester en toi sans le signer…

Aurélia Delescluse | auteur, écrivain, Accompagnatrice Holistique

« À toi cher enfant de l’amour… »

À toi cher enfant de l’amour.

Mais qui donc t’as laissé croire que ce que tu es devait faire quelque chose ou obtenir quelque chose ou produire quelque chose pour exister, aimer et être aimé?
Qui t’as mis dans la tête et tout au fond du corps que ce que tu es devait être guéri, soigné, changé, modelé pour correspondre à quelque chose que tu n’as jamais été alors que tu es bien plus en vérité?
Alors tu cours les thérapeutes, les guérisseurs, les coachs, les pratiques spirituelles ou les psychanalystes à la recherche de la derrière technique à la mode pour changer la fréquence de ce qui tu es.
Pour être dans la performance mais la performance de quoi au juste?
Pour faire de la vitesse, du rendement? Pour quoi? Pour qui?

Aurélia Delescluse | auteur, écrivain, Accompagnatrice Holistique

« Dans mon expérience d’hypersensible… »

Dans mon expérience d’hypersensible, j’ai pu observer les jugements, des diagnostiques souvent sévères et inappropriés ou encore les attitudes passives agressives de ceux qui semblent coupés de leurs émotions – ou en ont peu – rationalisant tout à l’extrême ou étant en proie avec une lutte intellectuelle en eux même, exerçant un contrôle rigide sur leur propre sensibilité et leur monde émotionnel et refusant de connecter en ressenti la part vulnérable de leur humanité; au moyen de jugements et rejets parfois appuyés par des croyances spirituelles ou dogmatiques, venant disqualifier ces parts délicates du vivant et de l’enfant moi qui désirent s’exprimer ainsi…

Aurélia Delescluse | auteur, écrivain, Accompagnatrice Holistique

« Si tu confonds… »

Si tu confonds plénitude et recherche d’intensité émotionnelle, tu passeras ton temps dans des aéroports à attendre des avions qui ne viendront – jamais à l’heure – t’amener à la destination de ton vrai désir.
Tu seras mobilisé et tendu à l’extrême comme un arc prêt à décocher sa flèche, pour transpercer la prochaine cible mais jamais présent au rendez vous – superbe – de ce qui est déjà là et offert.

Tu as soif d’autre chose d’inaperçu.

Quelque chose qui ne dépend de rien.

Même pas de toi.

Si tu établis ton bonheur sur trop de préférences, tu seras perpétuellement en mission, noyé sous le manque et l’offense. Déçu de goûter tout ce que tu refuses, dont tu ne perçois pas encore le trésor discret et délicat, embrassé à la pulpe de la seconde qui s’impulse…

Aurélia Delescluse | auteur, écrivain, Accompagnatrice Holistique

« Je vous souhaite… »

Je vous souhaite donc un minimum d’aversion et d’attachement.

De toujours trembler moins devant les idées et les concepts, vous en affranchissant simplement et autant que possible. Je vous souhaite ainsi de ne plus vous identifier à des pensées en vous enferrant à une forme particulière pour jamais ne vous y définir et vous enfermer à l’intérieur – à double tour – en jetant la clé. De ne jamais vous faire prisonnier de vous même ou du monde. De ne point vous scléroser avec lui. Et je vous souhaite aussi de ne pas non plus vous blesser à l’envie de condamner définitivement ceux qui s’y risquent.

Je vous souhaite de ne pas faire de distinction entre vos frères et même plus…